Quand le bâtiment va, tout va. Et sinon ?

Que dire de plus ?

Quand le bâtiment va, tout va...

Quand le bâtiment va, tout va… (source Le Figaro – MEDDE)

Publié dans informations générales | Laisser un commentaire

Quatre ados sauvent un pompier d’une mort certaine

Cliquez pour lire la suite et visionner le reportage (DR).

Cliquez pour lire la suite et visionner le reportage (DR).

A Libourne, en Gironde, un pompier volontaire vient au secours d’un ami, pris à parti par un autre automobiliste lors d’un accident de la route. Le jeune pompier de 36 ans s’interpose pour calmer les deux hommes mais il est pris pour cible et l’automobiliste vindicatif lui plante un tournevis en plein cœur.

A ce même moment, quatre collégiens d’une cité voisine reviennent d’une partie de football…

La suite ici

Merci @Lyonnais699

Publié dans informations générales | Laisser un commentaire

Comprendre les origines de la guerre à Gaza en 5 minutes

Cliquez pour visionner (DR).

Cliquez pour visionner (DR).

Cette vidéo du Monde explique parfaitement comment la Bande de Gaza s’est isolée du reste du monde, après sa prise de contrôle par le Hamas.

Visionner la vidéo du Monde

Publié dans informations générales | Laisser un commentaire

Gaza : visite guidée d’un tunnel du Hamas

Cliquez pour visionner le reportage et lire l'article associé (DR).

Cliquez pour visionner le reportage et lire l’article associé (DR).

Le Hamas a construit depuis des années de nombreux tunnels sous la bande de Gaza allant jusqu’en Israël. Tsahal s’est fixé comme objectif prioritaire de détruire ses souterrains où l’organisation terroriste cachent notamment son arsenal.

Il part de Khan Younès dans le sud de la bande de Gaza et débouche trois kilomètres plus loin, de l’autre côté de la frontière, près du kibboutz Nir-Am. Pour Israël, ce tunnel illustre la menace que les combattants palestiniens font peser sur ses civils. Le point de sortie de celui-ci, dont l’armée israélienne a organisé une visite guidée vendredi pour la presse, a été découvert deux mois avant le début le 8 juillet de l’opération « Bordure protectrice ». Son entrée, dans une serre, a été localisée il y a quelques jours.

Depuis le début du conflit, l’armée affirme en avoir découvert une trentaine, segment d’un impressionnant réseau souterrain où le Hamas dissimule des armes, des ateliers et des centres opérationnels, « le Gaza sous Gaza ». C’est par ces boyaux creusés depuis l’étroite enclave palestinienne que les combattants du Hamas lancent des attaques au coeur d’Israël. Et par l’un de ces souterrains que le tankiste franco-israélien Gilad Shalit avait été transporté à Gaza en 2006 avant d’être libéré cinq ans plus tard en échange de 1.000 prisonniers palestiniens. Le 21 juillet, un des premiers soldats tués dans l’assaut terrestre lancé à Gaza l’a été dans des combats avec un commando du Hamas qui émergeait d’un de ces tunnels.

La suite sur MyTF1 (reportage AFP, TF1, LCI) – 26 juillet 2014.

Publié dans informations générales | Laisser un commentaire

IHEDN 2010

Petit souvenir de l’Institut des hautes études de défense nationale (IHEDN SR), promotion Richelieu… :-)

IHEDN SR 180 : promotion Richelieu. Mon groupe de travail.

IHEDN SR 180 : promotion Richelieu. Mon groupe de travail.

Publié dans informations générales | Laisser un commentaire

Quand le Corriere della Serra démontait la propagande du Hamas

Discours d'un chef du Hamas, en février 2008, prônant le recours aux boucliers humains : "Les enfants y excellent", dit-il (cliquez pour voir la vidéo).

Discours d’un chef du Hamas, Fathi Hamad, en février 2008, prônant le recours aux boucliers humains : « Les enfants y excellent », dit-il (cliquez pour voir la vidéo – Al-Aqsa TV).

Le 21 janvier 2009, le très sérieux Corriere della Serra publiait un article de Laurent Cremonesi sur l’utilisation de boucliers humains par le Hamas à Gaza.

Rappelons-nous qu’au tournant 2008-2009, un conflit opposant le Hamas à Israël avait déjà fait la Une des médias et tué de nombreux innocents. Cet article démonte point par point la propagande de l’organisation terroriste Hamas utilisée à cette époque : elle visait à faire passer l’organisation pour une victime et les soldats israéliens pour des bourreaux tueurs d’enfants. Une propagande qui est la même aujourd’hui et qui est reprise sans précaution par des manifestants français un peu naïfs.

« Les habitants de Gaza accusent les militants islamistes : « ils nous ordonnaient d’abandonner les maisons et de les protéger »

GAZA. « Partez, filez d’ici ! (…) Enlevez d’ici vos armes et vos missiles » hurlaient les habitants des quartiers de Gaza contre les militants du Hamas et leurs alliés du Jihad Islamique. Les plus courageux s’étaient organisés et avaient barricadé la porte d’accès de leurs appartements, fermé aussi les entrées des immeubles et bloqué en hâte les escaliers pour les étages les plus hauts. Mais la guérilla n’écoutait personne. « Traîtres., collaborateurs d’Israël, espions du Fatah, lâches. » Les soldats de la guerre sainte vous puniront. Et dans toutes les maisons vous mourrez tous, comme nous. En combattant les Juifs sionistes nous sommes tous destinés au paradis, vous n’êtes pas heureux de mourir ensemble ? » Et ainsi hurlant, furieux, ils abattaient portes et fenêtres, se cachaient dans les étages les plus élevés, dans les jardins, utilisaient les ambulances, se barricadaient près des hôpitaux, des écoles et des édifices de l’ONU.

Dans les cas extrêmes, ils tiraient sur qui cherchait à bloquer la rue pour sauver sa propre famille, ou les abattaient sauvagement. « Les miliciens du Hamas cherchaient de bons emplacements pour provoquer les Israéliens. C’étaient même de jeunes enfants de 16 ou 17 ans armés de mitrailleuses. Ils ne pouvaient rien contre un tank ou un jet. Ils se savaient beaucoup plus faibles. Mais ils voulaient que cela se passe dans nos maisons pour les faire accuser ensuite de crimes de guerre » soutient Abou Issa de 42 ans, habitant le quartier de Tel Awa. « Pratiquement tous les immeubles les plus hauts de Gaza qui ont été frappés de bombes israéliennes, comme le Dodmoush, Andalous, Jawarah, Siussi et tant d’autres, avaient sur les toits des rampes de lancement ou des points d’observation du Hamas. Ils en avaient même placé près du grand dépôt de l’ONU parti ensuite en fumée, et la même chose valait pour les villages le long de la ligne de frontière qui fut ensuite la plus dévastée par la furie punitive des sionistes » lui fait écho sa cousine, Um Abdallah, 48 ans. Usage d’entente familiale. Mais ils fournissaient des détails bien circonstanciés. Il aurait été difficile de récuser ces témoignages. Ici en général, triomphe la peur du Hamas et s’imposent les tabous idéologiques alimentés par un siècle de guerre avec « l’ennemi sioniste ».

Quiconque raconte une version différente imposée de la « muhamawa » (la résistance) est automatiquement un collaborateur et risque sa vie. Y contribue le récent affrontement fratricide entre le Hamas et l’OLP. Si Israël et l’Egypte avaient permis aux journalistes d’entrer, cela aurait été plus facile. Ces lieux sont totalement minés par le Hamas. « Ce n’est pas nouveau au PO, entre les sociétés arabes, manque la tradition culturelle des Droits humains. Cela arrivait sous le régime d’Arafat qui persécutait et censurait la presse. Avec le Hamas c’est pire, » soutient Eyad Sarraj, psychiatre réputé de Gaza City.

Et c’est un autre chiffre qui apparaît toujours plus évident en visitant les cliniques, les hôpitaux et les familles des victimes du feu israélien. En vérité leur nombre semble moins élevé que 1300 morts, outre les 5000 blessés dénombrés par les hommes du Hamas, et répercutés par les officiels de l’ONU et de la Croix Rouge locale.

« Le nombre de morts ne devrait pas dépasser 500 ou 600. Pour la plupart des jeunes entre 17 et 23 ans, recruté dans les filets du Hamas qui les a littéralement envoyés au massacre », nous dit un médecin de l’hôpital Shiffa qui ne veut absolument pas être cité et y risque sa vie. Un chiffre confirmé pourtant par les journalistes locaux : « Nous l’avons déjà signalé aux chefs du Hamas. Pourquoi ils persistent à gonfler le nombre de victimes ? Ils espèrent, entre autres, que les autorités officielles occidentales les officialiseront sans vérification. La vérité pourrait pourtant surgir. Cela pourrait comme à Djénine en 2002. Initialement on parlait de 1500 morts. Il s’avéra qu’ils n’étaient que 54 parmi lesquels 45 au moins morts en combattant.

Comment sont vérifiés ces chiffres ? « Prenons le cas du massacre de la famille Al Samoun du quartier Zeitoun. Quand les bombes ont frappé leurs habitations, ils ont annoncé qu’il y avait eu 31 morts. Et c’est ainsi que c’est enregistré auprès des officiels du ministère de la Santé contrôlé par le Hamas. Puis, quand les corps sont effectivement récupérés, la somme totale est ramenée à 62 et c’est ainsi que tous les bilans ont été conclus, » explique Masoda Al Samoun de 24 ans. Elle ajoute un détail intéressant : « Pour mélanger les pistes s’y étaient mis les escouades spéciales israéliennes. Leurs hommes étaient travestis en guerriers du Hamas, avec le bandeau vert lié sur le front et l’inscription habituelle : il n’y a pas d’autres dieu qu’Allah, et Mahomet est son prophète. Ils se mêlaient aux combattants pour créer le Chaos. Nous ne cessions de leur crier de partir, nous craignions les représailles. Plus tard nous avons compris qu’il s’agissait d’Israéliens. » Il suffit de visiter quelques hôpitaux pour comprendre que les comptes ne correspondent pas. Beaucoup de lits sont libres à l’hôpital européen de Raffah , un de ceux qui devraient être le plus envahi de victimes de la « guerre des tunnels israélienne ». Il en va de même pour le « Nasser » de Khan Yunes. Seuls 5 lits des 150 de l’hôpital privé Al-Amal sont occupés. A Gaza city le Wafa construit grâce aux dons caritatifs de l’Arabie Saoudite, du Quatar et des autres pays du golfe a été évacué et bombardé par les israéliens fin décembre.

L’institution est réputée être une place forte du Hamas, là viennent se cacher ses combattants engagés dans la guerre contre le Fatah en 2007. Les autres ont investi Al Qods bombardé à son tour la seconde quinzaine de janvier.

A propos de ces faits, Magah al Rachmah 25 ans habitant à moins de quelques dizaines de mètres des quatre grands immeubles du complexe sanitaire aujourd’hui sérieusement endommagé, « les hommes du Hamas s’y étaient réfugiés surtout dans les offices administratifs de Al Qods. Ils utilisaient les ambulances et avaient contraint ambulanciers et infirmières a leur fournir des uniformes avec les signes distinctifs de paramédicaux, on pouvait ainsi les confondre, et ils pouvaient mieux échapper aux recherche des israéliens ». Tout ceci a réduit gravement le nombre de lits disponibles dans les institutions sanitaires de Gaza. D’autre part, Shifah est le plus grand hôpital de la ville et est bien loin d’avoir révélé tous ses secrets. Ses souterrains sembleraient densément occupés. « Le Hamas y avait caché des salles de survie et les salles d’interrogatoire pour les prisonniers du Fatah, et ceux de la gauche laïque, qui avaient été évacués de la prison bombardée de Saraja », disent les militants du Front Démocratique de la Palestine.

C’était une guerre intestine dans la guerre entre le Fatah et le Hamas. Les organisations humanitaires locales, pour la plupart rattachées à l’OLP, racontent « des dizaines d’exécutions, des cas de torture, surtout durant les trois dernières semaines » perpétrées par le Hamas. Un des cas les plus connus, est celui de Ahmad Shakhura, 47 ans, habitant de Khan Younes et frère de Khaled, bras droit de Dahlan (ancien chef des services de Sécurité d’Arafat toujours en exil) qui a été kidnappé sur ordre du chef de la police secrète locale du Hamas, Abu Abdallah Al Kidra, sauvagement torturé, on lui aurait arraché l’œil gauche, et il aurait enfin été tué le 15 janvier 2009. »

Source : Corriere della Serra – 21 janvier 2009 (trad. Josiane Sbiro)

Publié dans informations générales

Les entreprises de TP craignent pour leur carnet de commandes

La croissance ne revenant pas, les entreprises de travaux publics craignent pour leur carnet de commande. Ainsi, des entreprises de l’Aveyron ont diffusé le 8 juillet, une lettre rappelant que 80 % de leur chiffre d’affaires provient des marchés publics.

Ces entreprises aveyronnaises précisent qu’avant 2014, leur chiffre d’affaires avait baissé d’environ 4 % par an. En 2014, il baissera de 10 %, et en 2015, elles s’attendent à une contraction supplémentaire de 20 %.

Le recul des dotations de l’Etat aux collectivités territoriales n’est pas étranger à l’établissement de ces sombres perspectives.

Les entreprises de TP aveyronnaises ont écrit pour dire leur inquiétude. Merci à @ntwolfmother.

Les entreprises de TP aveyronnaises ont écrit pour dire leur inquiétude. Merci à @ntwolfmother.

Publié dans Droit, informations générales | Marqué avec